Inscription à la NewsLetter

Hieroglyphes















Table Nippur Marron

Soutien à la mission archéologique du site de Mir-Our (Gourob)

Hatnoub Le site de Gourob s’étend sur les ruines de l’ancienne ville de Mi-Our (Égypte – 120 kilomètres au sud du Caire), à l’embouchure sud de la région du Fayoum. Mi-Our fut fondée par le souverain Thoutmosis III (1479-1425 av. J.-C.) afin d’y abriter un vaste complexe palatial desservi par un port. La ville est ensuite occupée au moins jusqu’au règne de Ramsès V (1147-1143 av. J.-C.) et conserve à ce jour le seul palais de l’époque pharaonique identifié comme un harem royal. Les vestiges du palais, les nécropoles attenantes et les papyrus découverts sur place permettent de mieux appréhender tant l’organisation que l’administration d’un harem au Nouvel Empire, en faisant par conséquent un site d’un intérêt majeur.
Les fouilles anciennes sur le site se sont déroulées entre 1889 et 1920 et ont été effectuées par Flinders Petrie (1889-1890), Charles Currely et Leonard Loat (1903-1904), puis Guy Brunton et Reginald Engelbach (1920). Pendant cette période, seules quatre longues campagnes de fouilles ont été menées, ainsi que quelques actions plus ponctuelles. Elles ont permis de dégager et de mettre en évidence les principales composantes du site, à savoir : la ville, le harem, le « fort », le temple, les lieux d’artisanat, les cimetières.

Perspectives de recherches
Entre 2006 et 2015, Ian Shaw (University of Liverpool) a repris l’étude du site (Gurob Harem Palace Project), principalement avec des campagnes de prospections pour établir un plan au 1/1000e du site et entamer les fouilles du palais. Les études géoarchéologiques ont également été entamées.
Les axes de recherches qui seront privilégiés sur le long terme dans le cadre de ce chantier désormais rattaché à l’Institut français d’archéologie orientale sont les suivants : 1) achever le relevé topographique du site ; 2) poursuivre la fouille du palais-harem ; 3) poursuivre l’étude géoarchéologique afin de localiser le port mentionné dans les sources textuelles ; 4) entamer la fouille du « fort », ce bâtiment semblant être en lien avec le port antique et le système d’irrigation mis en place à l’entrée du Fayoum dès le Moyen Empire ; 5) localiser la ville ancienne repérée par Flinders Petrie et le village au sud mentionné par Charles Currely et Leonard Loat. 6) reprendre la fouille des cimetières en collaboration avec un anthropologue. En effet, plusieurs nécropoles sont dispersées sur la surface du site et semblent montrer une répartition des sépultures en fonction de la classe sociale du défunt.

Missions 2017 et 2018
Les nouvelles campagnes dirigées par Marinne Yoyotte, membre scientifiqueà l'Ifao, se déroulent en novembre et décembre.
Les opérations envisagées sur le terrain comprennent :
1) des travaux archéologiques dont la fouille du bâtiment à l’Est du harem appelé « fort » au nord-est du palais-harem et de la rampe d’accès permettant d’y mener.
2) des travaux géoarchéologiques et géomorphologiques à l’Est du site ainsi que dans la zone directement en contrebas de l’éminence sur laquelle il se trouve, afin de localiser le port antique.
3) des prospections géophysiques menées dans différents secteurs à l’Est du site afin de déceler les zones les plus propices pour des installations portuaires.
4) la poursuite des relevés topographiques entamés par le Gurob Harem Palace Project afin de cartographier l’ensemble du site.
5) l'étude des céramiques trouvées au cours des prospections géoarchéologiques et des fouilles archéologiques. Pour le bâtiment appelé « fort », il sera ainsi possible d'avoir de véritables indices de datation et pour le reste du site, cela devrait permettre de déterminer plus précisément des phases d’occupation.
6) l'étude des textiles conservés au magasin de Kom Hoshim1. Les fragments plus ou moins conséquents de tissus décorés (dont une tunique d’enfant) découverts au cours des missions précédentes sont en cours d’analyse.


consulter le blog de la mission sur le site du LaBex DynamiTe